10.7.09

Alice

Alice ne peut pas dormir elle a peur du noir
Et de tous les fantômes qui viennent la voir le soir
C'est une, paupières closes, les remords apparaissent
Elle invente des histoires, le charmant la princesse
Les chantent tous bas elle s'est mis à écrire mais les mot ne viennent
pas à pas elle se construit une maison de poupée
elle a verrouillée la porte et avalé la clé
elle récite des poésies, les romans ça l'ennuie
surtout si les histoires reflètent un peu sa vie

Alice ne peut pas dormir trop d'images à l'esprit
alors elle danse, elle rigole et chante et joue aussi
Elle danse mais soudain elle a mal à la tête,
ce sont toutes ses histoires qui se cognent, elle s'entête

Alice ne veut pas d'une vie grise et rêve
mais ses rêves l'enferment et quand elle rêve, elle ne vit pas
Alice a peur du temps, qui file entre ses doigts
mais peu importe le coup, jusqu'au bout Alice s'accrochera

Alice ne peut pas dormir elle a peur des histoires
qu'elle murmure en secret pendant toutes la nuit
Alice, parfois, voudrait ne pas vieillir à ce que le temps l'oubli
Elle attend devant la glace de voir couler des larmes qui ne viennent
pas à pas elle choisit de punir de plus en plus et matérialise tous ses démons
Elle cherche en vain dans un monde chimérique des amis de chiffons
Elle s'énerve, n'écoute rien, mais persiste

Car Alice ne veut pas d'une vie bien tranquille,
elle aspire à plus d'ivresse, dans sa quête d'ivresse, elle se noie
Alice a peur du vide, qui s'installe dans sa vie,
les normes, les rêgles l'exaspèrent, le vie au quotidien l'ennuie



Alice voit le ciel un petit peu gris,
elle est sur les nuages au niveau de la pluie
elle tombe à pic, à cœur ouvert elle goûte le monde du bout des doigts

Elle effleure mais ne touche pas, c'est la transe elle implose, ses désirs la foudroient

Alice ne veut pas d'une vie grise et rêve
mais ses rêves l'enferme et quand elle rêve, elle ne vit pas
Alice ne veut pas d'une vie bien tranquille,
elle aspire à plus d'ivresse dans sa quête d'ivresse, elle se noie

Je souffre Alice s'en va

Nenhum comentário: